PCR au lycée
Support : ADN des élèves

Amplification d'un marqueur bi-allélique

Activités péri-expérimentales bioinformatiques

L'expérimentation présentée ici a été testée avec une classe de TermS Spé du Lycée Ronsard de Vendôme sous la conduite de deux profs de SVT , Auclair Jean Jacques et Laurent Houssel. Elle recouvre deux séances de TP.

Objectifs
-Appréhender par une approche concrète une technique moderne, la Polymerase Chain Reaction, devenue incontournable dans tous les domaines de la recherche qui s'intéressent à l'ADN (y compris l'évolution des espèces) et qui est maintenant largement utilisée "en routine" dans diverses pratiques biotechnologiques comme le dépistage d'anomalies génétiques, les tests OGM, la réalisation d'empreintes génétiques (police scientifique)... L'expérimentation s'insère parfaitement dans le programme de TS Spé.
- Coupler la partie expérimentale proprement dite avec un travail de recherche qui doit conduire à découvrir la localisation chromosomique du locus du marqueur étudié, la séquence et la taille des deux allèles de ce marqueur rencontés chez l'homme. Cette étude permet de comprendre le choix des amorces, de prévoir la taille des fragments cibles qui seront amplifiés et de dégager les notions de séquence Alu , d'intron et d'exon, le marqueur étant localisé dans un intron. Les supports utilisables pour cette recherche guidée sont les banques de données (internet) et le logiciel Anagène.
- Montrer que le marqueur génétique étudié est également un outil efficace pour l'étude de l'évolution de l'homme moderne.

Présentation sommaire de l'expérimentation
- Après un bref rappel du principe de la PCR (voir animation), chaque élève extrait son ADN génomique de cellules de l'épithélium buccal ou de la gaine d'un follicule pileux. Ensuite il amplifie le marqueur (séquence d'ADN cible) PV92 par PCR. Le processus est lancé avant la fin de la première séance de TP. C'est le prof qui récupère les produits de PCR après amplification complète, il les place au congélateur pour les conserver.
- La semaine suivante, au cours de la deuxième séance de TP, les microtubes contenant le marqueur amplifié sont distribués et leur contenu est analysé par électrophorèse de façon à identifier le ou les allèles présents chez l'élève qui a fourni l'ADN. Les élèves maîtrisent la technique de l'électrophorèse d'ADN qu'ils ont déjà pratiquée à plusieurs reprises.

Travail réalisé par les élèves
Estelle observe le culot de cellules de l'épithélium buccal desquelles elle va extraire l'ADN.
Auteur, professeur SVT: Auclair Jean Jacques
Les publications, en particulier les images, ne sont libres de droits qu'à la condition d'être utilisées dans le cadre d'une classe.