Le grain de pollen

un transporteur-livreur

de gamètes mâles

Avant d'observer la cyclose dans le tube pollinique, on peut rappeler sa fonction à travers quelques observations réalisées à partir de pollens récoltés sur les étamines de différentes espèces d'Angiospermes (ici de Liliacées).
Grains de pollen de Lilium martagon sur stigmate
Grains de pollen de Lilium candidum
Organisation du grain de pollen libéré par l'anthère
Le pollen, récupéré sur une lame par contact avec une étamine de Lilium candidum, est traité avec le vert de méthyle, pour essayer de colorer les noyaux cellulaires. La coloration n'est vraiment efficace (chez le Lis) qu'avec les grains débarrassés de leur exine.L'image centrale est en négatif.

Ces images permettent de retrouver l'organisation habituelle d'un grain de pollen mature (bicellulaire) d'Angiosperme. On repère:
- l'exine avec son ornementation spécifique et une aperture (sillon).
- l'intine
- le contenu cellulaire: une "grande" cellule végétative (cytoplasme, ici, un peu rétracté) avec son noyau (NCV) sphérique et une petite cellule dite spermatogène (ou génératrice), en position plutôt excentrée (dans un premier temps), fusiforme, avec un noyau allongé (NCS).
A voir également: grains de pollen colorés d'une autre Liliacée, Endymion nutans (la jacinthe des bois).

Rappel
Le grain de pollen, formé dans l'anthère, résulte de l'évolution d'une microspore. Cette cellule issue de la méiose, donc haploïde, subit une mitose asymétrique à l'origine de la cellule végétative et de la cellule spermatogène ainsi qu'une différenciation complexe qui conduit à la mise en place de l'intine et de l'exine. Le grain de pollen est un gamétophyte mâle, qui une fois mature, est libéré par la déhiscence de l'anthère.

Grains de pollen en cours de germination
Le pollen de Lis (ici Lilium martagon), fraîchement disséminé, est mis à germer, in vitro, sur un milieu très facile à préparer (saccharose 10% dans l'eau + extrait de pistil). Après deux ou trois heures, de nombreux grains présentent un tube pollinique bien développé. On peut alors en prélever quelques-uns, les traiter par l'orcéine puis le vert de méthyle et les observer au microscope.
La germination du grain de pollen et l'allongement du tube pollinique caractérisent la phase progamique de la fertilisation. Les images des préparations colorées présentées permettent de repérer la cellule spermatogène bien engagée dans le tube. Elle va se diviser et donner naissance à 2 spermatozoïdes qui participent normalement à la phase syngamique de la fertilisation car ils sont livrés par le tube au sac embryonnaire où a lieu la double fécondation. Le noyau de la cellule végétative est difficile à colorer, il est appelé à se désorganiser, à dégénérer.