Etude cytologique

Hépatocyte de lapin

TP lycée
Les hépatocytes (cellules du foie) de lapin sont facilement observables au microscope optique et constituent donc un matériel de choix quand il s'agit d'observer l'organisation structurale élémentaire de la cellule animale. Elles peuvent servir de support pour certaines pratiques cytochimiques.
Leur observation s'intègre naturellement dans une étude de la régulation de la glycémie.

Caractéristiques cytologiques de l'hépatocyte

- Dilacérer, dans Na Cl à 0,9%, un très petit fragment (détaché en bordure) d'un lobe du foie d'un lapin mort. Observer.
- Colorer la préparation avec un peu de bleu de méthylène. Observer.

Voir résultats

Les cellules du foie, en place, sont polyédriques. En suspension, elles s'arrondissent plus ou moins. Elles sont de grande taille entre 20 et 40 µm (comparer avec les hématies). Le cytoplasme est granuleux et montre (ici) des inclusions très réfringentes (lipides?). Certaines sont binucléées (tétraploïdes). On repère dans chaque noyau un ou deux nucléoles.

Tests cytochimiques

1°/Essai de mise en évidence de la présence de glycogène dans les hépatocytes
- Réaliser un test à l'eau iodée sur une solution de glycogène (un peu de poudre dans l'eau).
- Faire pénétrer lentement un peu d'eau iodée (I2 + IK) sous la lamelle d'une préparation d'hépatocytes. Observer.
- Réaliser exactement le même test avec des cellules de l'épithélium buccal (témoin).
Observer. Interpréter.
Voir résultats
La coloration l'eau iodée met en évidence la présence de glycogène dans les hépatocytes du lapin étudié.
2°/ Caractérisation et localisation de l'ADN et des ARN dans les hépatocytes par la coloration au vert de méthyle-pyronine
Monter quelques cellules dans un peu de vert de méthyl-pyronine. Le vert de méthyle colore en vert l'ADN (non spécifique) alors que la pyronine teinte les ARN en rose.
Observer, localiser les acides nucléiques dans la cellule.
Voir résultats
La coloration au vert de méthyle-pyronine permet de repérer la chromatine interphasique (présence d'ADN) formée d'amas dispersés dans le nucléoplasme ou accolés à l'enveloppe nucléaire mais aussi, dans certaines préparations, les nucléoles colorés en rose par la pyronine à cause de la présence d'ARN (ARNr). Dans le cytoplasme, les régions (surtout près du noyau) teintées en rose sont riches en ARN ( abondance de REG et polysomes libres).
Auteur, professeur de SVT : Auclair Jean Jacques
Les pages ne sont libres de droits qu'à la condition d'être utilisées dans le cadre d'une classe.