Contraction d'une fibre musculaire striée

en présence d'ATP

Protocole expérimental
Une portion de fibre glycérinée de psoas de lapin est d'abord placée dans une solution ionique (Mg2+, Cl-, K+ ), entre lame et lamelle et observée. Ensuite, la même solution avec ATP est introduite lentement dans la préparation. On suit le comportement de la fibre au microscope et on enregistre une vidéo.
Résultats
La vidéo présentée correspond au début de la contraction de la fibre, l'ATP venant d'être introduit dans la préparation.
En réalité, l'enregistrement complet montre une deuxième phase de contraction déclenchée par une nouvelle introduction d'ATP. Les petits sauts d'images correspondent au recentrage de la fibre dans le champ d'observation du microscope.
Les images, à droite, ont été extraites de l'ensemble de la vidéo.
Exploitation des résultats
La contraction de la fibre musculaire est ATP-dépendante. L'adénosine triphospate agit bien au niveau cellulaire.
Les effets mécaniques résultant de l'action de l'ATP, repérables sur les images, sont l'augmentation de diamètre de la fibre ainsi que son raccourcissement bien repérable et même mesurable (voir page suivante) si on utilise le petit repli (flèche) comme repère.