Electrophorégramme des

Acides Nucléiques de la drosophile

Tp 1èreS

Les acides nucléiques de quelques drosophiles ont été extraits puis séparés par électrophorèse en gel d'agarose. Aprés coloration, on voit bien, sur le gel de gauche obtenu en Tp, que l'ADN génomique a tout juste quitté les puits alors que les ARN sont bien étalés.
A la fin de la migration, les ARN révélés ici se retrouvent approximativement dans une zone située entre les 2 colorants bleu de bromophénol et xylène cyanol (voir en haut, petite image) qui migrent respectivement, à peu près (ici), comme des fragments de 500 et 5000 pb. Les 2 colorants sont des indicateurs de migration, ils ne sont plus repérables après traitement du gel.
Les molécules d'ARN (monocaténaires) ont des tailles variables mais toujours très inférieures à celles des molécules d'ADN.

Le gel de droite a été obtenu par un petit groupe d'élèves qui ont réalisé la manipulation dans le laboratoire de Daniel Locker et Martine Decoville, chercheurs au CNRS (CBM Orléans). Il peut servir de référence car il met bien en évidence les ARN et l'ADN extraits d'une seule drosophile, le gel étant révélé avec du bromure d'éthidium, la piste 1 correspondant à un marqueur de taille.